Vies antérieures ou karma

Publié le 24 Mars 2019

 

Quand on parle de vies antérieures, on parle de KARMA. Selon certaines cultures et croyances nous avons eu différentes vies. En fonction de ce que nous avons vécu dans ces vies, nous venons terminer des situations non résolues. Il ne s’agit pas de « payer » pour nos fautes passées mais de terminer ou de comprendre ce qui a été difficile dans ces vies. Il y a normalement une résonance avec notre vie actuelle, comme il peut y en avoir avec nos ancêtres. Se libérer d’un karma difficile permet à certaines personnes de mieux vivre leur vie. Quand on a tout exploré dans sa vie, dans celles de ses ancêtres et que l’on n’arrive pas encore à être bien, il y a beaucoup de chance qu’il s’agisse d’un problème karmique. Pour travailler les vies antérieures, il faut être près pour cela et ouvert à cette possibilité. Pour ma part je me suis d’abord intéressée à la généalogie et ne trouvant pas suffisamment de réponse ou de libération je me suis tournée vers mes vies antérieures et elles m’ont permis de faire un pas supplémentaire.

Témoignage d'un enfant qui se souvient d'une vie antérieure

https://www.youtube.com/watch?v=WyngtMqFNCI

 

Comment se libérer de son karma ?

Dans ma pratique, je ne fais pas de régression vers les vies antérieures. Je pense qu'il est préférable que la personne la ressente d'elle-même, par exemple si elle va sur un lieu ou quand elle vit une situation qui lui rappelle une de ses vies. Rechercher une vie antérieure pourrait être néfaste voir perturber la personne.

Par contre je fais ce que l'on appelle une "libération karmique".

Elle peut se faire lors d'une séance de kinésiologie, si nous faisons une récession d'âge vers une vie antérieure. Mais aussi lorsque nous avons travaillé notre passé (vie intra-utérine, enfance, transgénérationnel) et que nous n'avons pas trouvé de solutions. La libération peut également se faire par rapport à des mémoires qui n'ont rien à voir avec votre vie: par exemple, des mémoires d'emprisonnement, d'esclavage, de service et de sacrifice, toutes les mémoires concernant les guérisseurs ou les religieux, les relations amoureuses difficiles, la maternité, la féminité ou la masculinité, mais également les différentes blessures. La liste n'est pas exhaustive.

J'utilise un protocole de libération, il n'est pas nécessaire de savoir ce qui s'est passé, la libération se fera quand même.

Le travail se fait en séance individuelle à mon cabinet ou à distance (par Skype ou WhatsApp). Dans ce cas contactez-moi pour les modalités.

Cela ne doit pas se faire par curiosité, mais uniquement dans un but thérapeutique.

                                                                               Françoise Binamé.

Rédigé par Françoise Binamé

Publié dans #Vies antérieures et karma

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :