Le trouble de stress post-traumatique : TSPT

Publié le 30 Juillet 2020

 

 

Le trouble du stress post-traumatique ou TSPT se développe suite à une situation ou un vécu traumatisant. 

Il découle de toute expérience difficile. Les cas les plus sévères résultent de tragédies, maltraitances, enlèvement, crime, violence physique ou psychique, viol...Mais il peut également s'agir d'autres événements : divorce, décès, toutes les pertes, harcèlement, échecs, difficultés relationnelles dans la famille ou au travail, maladie ( de soi ou d'un proche), déménagement mal vécu, licenciement, séparation, accident, maltraitance au pensionnat ou à l'école, fausse-couche, avortement, accouchement difficile (pour la mère et l'enfant), exil, etc. Ces traumatismes peuvent venir d'un seul fait, mais aussi d'une accumulation de stress.

 

 

Il peut être la conséquence de traumatismes à répétition qui perdurent dans le temps, par exemple dans le cas de maltraitance dans l'enfance, quelle soit physique, psychique, sexuelle ou relationnelle ou les métiers à risque et traumatisants : urgentiste, militaire, pompier, journaliste.

 

 

Il y a beaucoup plus de personnes touchées par ce trouble que l'on pourrait l'imaginer. Chaque personne peut vivre un jour ou l'autre un trouble de stress post-traumatique.

 

Les conséquences peuvent être visibles ou cachées.

 

Les conséquences visibles sont :  l'hyper-vigilance, l'évitement de lieu, de personnes, d'activité qui rappellent l'événement. Les cauchemars, les peurs, l'anxiété.

Toutes les émotions ressenties durant cette expérience vont avoir des répercussions à long terme sur la personne. Nous croyons les oublier, mais elles perdurent dans notre inconscient. Ces émotions bloquées vont engendrer des réactions émotionnelles (insécurité, abus de confiance, peurs, culpabilité, honte...)quand elles sont réactivées, mais aussi des pathologies, des addictions, des comportements à risques et peuvent engendrer la dégringolade dans la vie de la personne.

 

 

Il n'est pas rare de développer ces troubles sans avoir vécu réellement un traumatisme. Il s'agit alors d'un comportement pris d'un ou de plusieurs ancêtres. La Psychogénéalogie et les Constellations Familiales seront utilisées pour retrouver la ou les causes. Ce sont souvent des traumatismes transgénérationnels qui n'ont pu être réglés et les descendants les portent inconsciemment.

L'un n'empêchant pas l'autre, car il y a presque toujours une répétition familiale.

 

Comment savoir si le traumatisme que l'on a vécu perdure ?

 

Si vous y pensez encore, si vous avez des angoisses, des peurs, de la colère, de la tristesse, de l'agressivité non expliquée, des tocs, de la fatigue chronique, des troubles du sommeil. Si votre vie va mal et tout s'écroule autour de vous. Si vous avez des problèmes de santé, d'addiction, d'hyperactivité etc. Lorsque les traumatismes sont enfuis dans l'inconscient, on développe des comportements d'évitement sans raison apparente, on a des fringales de sucre, des addictions, on peut être hypersensible, irritable, fragile, susceptible.

 

Comment en sortir ?

 

Il est possible de retrouver une vie normale. Cela demande parfois un long travail. Le travail va se faire un réglant les symptômes au fur et à mesure. La Kinésiologie, le Stress Release, l'EFT, sont des méthodes efficaces pour travailler les peurs, l'anxiété, puis tous les autres troubles. Quand les émotions sont bloquées dans l'inconscient, il faut aller voir la cause. Elles sont recherchées en Kinésiologie dans la vie de la personne ou dans le transgénérationnel.

Il y a bien sûr d'autres méthodes : l'EMDR, l'hypnose, la psychologie ...

                                                                         

                                                                            Françoise Binamé.

Rédigé par Françoise Binamé

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :