Publié le 28 Juin 2017

Nous avons tous une multitude de croyances héritées de notre famille, de l’éducation, de la religion, de la culture où nous avons grandi.

Toutes ces croyances sont très souvent un obstacle à notre bien-être, voir à notre guérison. Les croyances et les peurs sont les plus grands freins que nous mettons en place pour ne pas être bien dans notre vie.

Pour sortir de toutes nos croyances, nous pouvons réfléchir à celles que nous avons entendues autour de nous depuis notre enfance. Par exemple sur la maladie, le chômage, le travail, l’argent, le couple, les hommes, les femmes, les enfants, la politique, la religion etc.

En faisant abstraction de toutes ces croyances, qu’est-ce que nous voulons vraiment dans notre vie ? Est-ce que nous y croyons ? Est-ce impossible ? Qu’est-ce qui nous motive dans notre vie ?

Sortir de nos croyances, nous met sur le chemin de la liberté. La liberté d’être nous-mêmes. Retrouver notre moi profond. Cela demande aussi le courage d’être soi, en prenant le temps nécessaire pour y arriver. Quand nous prenons ce chemin, nous retrouvons la joie de vivre, la paix intérieure et le sentiment ultime d’être vraiment nous-mêmes. En rayonnant cela autour de nous, nous aidons les autres à être mieux. Nous savons que les énergies d’une personne rayonnent autour d’elle dans un rayon très large, qu’elles soient positives ou négatives. Quand nous sommes entourés de personnes positives ou négatives, nous le ressentons.

La plupart de nos croyances sont inconscientes, car elles sont imprimées en nous depuis notre vie intra-utérine. Pour les reconnaître, il est nécessaire de savoir ce que nous voulons dans notre vie et de rechercher où sont les freins, les peurs et les croyances.

Les enfants lâchent prise plus facilement parce que les croyances sont moins ancrées en eux. A nous de faire le nécessaire aussi pour nous en libérer.

                                                                                 Françoise Binamé

Lire la suite

Rédigé par Françoise Binamé

Publié dans #Les croyances

Repost0

Publié le 28 Juin 2017

 

D’où viennent ces conflits ?

La source des conflits se trouve dans la perception que nous avons face aux événements. Nous pensons tous avoir raison par rapport à une situation, parce qu’elle reflète nos croyances venues de notre éducation, du milieu social ou environnemental. Le conflit est le symptôme de ce qui n’a pas été résolu dans le passé. Cela peut être des deuils non-faits, des sentiments négatifs vis-à-vis d’une personne ou d’une situation, par exemple de la colère ou de la rancœur. Cela peut venir de la personne elle-même ou de la généalogie. Le conflit n’est pas négatif en lui-même quand on veut bien voir ce qu’il nous indique. A partir de là et en changeant notre regard sur la situation nous faisons un premier pas. Quand une situation devient très difficile, nous sommes généralement prêts à « lâcher » tout ce qui nous encombre pour ne plus souffrir. Le temps nécessaire va dépendre aussi de notre investissement. Tant que nous gardons en nous des sentiments négatifs, nous souffrons. Et tant qu’ils seront présents, nous nous « attirerons » des personnes qui nous les rappellerons. C’est aussi simple que cela, même si cela ne nous fait pas plaisir ! Alors que choisissons-nous ? Il n’y a que nous qui pouvons faire le choix de bouger.

 

Comment gérer les conflits ?

Les " Constellations Familiales" et la "Psychogénéalogie" sont des méthodes puissantes pour faire émerger ce qui pose problème dans un conflit. Elle peut se faire avec seulement une personne. C’est généralement celle qui désire apaiser la situation qui fera la démarche. Comme c’est un travail énergétique, le travail va se faire pour toutes les personnes impliquées même si elles ne sont pas présentes. Lorsque une personne apaise une situation par le biais des Constellations ou de la Psychogénéalogie cela va avoir également des répercussions sur son entourage même si celui-ci n'est pas au courant du travail.

Dans les Constellations, nous allons mettre en scène les personnes impliquées, à l’aide de figurines quand c'est en individuel, mais cela peut se faire aussi en groupe. Le travail va se faire à partir de l’observation de ce qui se passe entre les différentes personnes et les émotions ressenties.  La « Constellation » va refléter une situation qui n’a pas été résolue dans le passé des personnes ou un conflit généalogique. le travail va mettre en place une résolution de conflit symbolique et énergétique, qui va toucher émotionnellement la personne.

A partir des mises en situation, le thérapeute propose à celui qui constelle des phrases de réparation et/ou une libération émotionnelle. Des changements s’opèrent dans le système afin de retrouver un équilibre et la paix. Cela amène également à ce que chacun reprenne sa place.

Remettre de « l’ordre » dans un système familial va engendrer des repositionnements dans la famille. Cela peut demander un certain temps pour que l’équilibre soit retrouvé et cela va également dépendre de ce que les personnes sont prêtes à résoudre.

Après une « Constellation » des solutions vont être apportées. Le travail peut montrer qu’un travail personnel doit être fait. Par exemple une libération de colère, de rancœur ou de tristesse vis-à-vis d’une personne ou d’une situation. Ceci peut déjà se faire dans la Constellation mais il faut parfois continuer le travail. Cela peut se faire par d’autres méthodes comme la Kinésiologie. Quand on travaille sur un système nous devons aussi lâcher prise sur les résultats. C’est-à-dire qu’une situation est toujours là pour nous montrer ce qui n’a pas été résolu et le résultat peut être différent de ce que nous attendons. L’important est d’avancer, de grandir et d’être en paix avec soi-même. La paix avec l’entourage va s’installer petit à petit. En général quand une personne bouge les autres bougent aussi.

                                                                          Françoise binamé

Lire la suite

Rédigé par Françoise Binamé

Publié dans #Conflits familiaux

Repost0