Articles avec #psychogenealogie tag

Publié le 26 Septembre 2020

Les traumatismes transgénérationnels

Quelles sont les conséquences des traumatismes transgénérationnels ?

Toutes les familles vivent des traumatismes, et nous connaissons l’impact qu’il peut y avoir sur plusieurs générations.

Qu’est-ce qu’un traumatisme ?

Un traumatisme est une blessure physique, psychique ou morale vécue par un individu ou un ensemble d’individu, familial ou autre. Elle peut être due à un accident, un attentat, une catastrophe naturelle, une maladie vécue par soi-même ou une personne de son entourage, un décès précoce, de la violence physique ou mentale, les agressions sexuelles, l’exil, la guerre, l’abandon ou le rejet, le harcèlement, mais aussi le manque d’attention et de soin dans la petite enfance, la perte d’un parent dans l’enfance ou d’une personne proche (grands-parents, frère ou sœur), la perte d’un emploi et ses répercussions.

Beaucoup de personnes ne comprennent pas leurs sentiments de colère, de tristesse, d’injustice, de honte et pourquoi elles vivent tant de difficultés ?         

La blessure laisse des traces sur la personne mais aussi sur sa descendance et  toute la famille si celle-ci a été impactée par le drame. Ces séquelles peuvent être psychologiques ou physiques. Les maladies physiques sont surtout congénitales ou familiales. Les maladies psychiques : la dépression, l’anxiété et surtout les problèmes plus graves comme la paranoïa, l’hystérie, le délire de persécution, ou toute maladie mentale prennent naissance dans ces blessures. Le rejet du système et de toute forme d’autorité en font également partie.

La consanguinité qui existait à une époque et qui existe encore dans certaines cultures à elle aussi des répercussions importantes sur la famille. Elle engendre des maladies génétiques, mais aussi amplifie les traumatismes qui sont vécus  du côté paternel et maternel.

Quand nous nous penchons sur l’histoire de notre famille, nous pouvons observer ces traumatismes. Ce n’est pas toujours la première génération qui en subit les conséquences mais c’est généralement à partir de la troisième ou de la quatrième génération que les problèmes se posent. Sans connaitre cela il est difficile de comprendre nos difficultés. Nous savons maintenant que ces traumatismes non réglés peuvent se reproduire dans les générations suivantes, parfois sous une autre forme mais avec les mêmes blessures.

La source de nos difficultés est bien en chacun de nous et souvent depuis des générations. Cela nous permet de sortir de la victimisation et d’agir nous-mêmes sur nos difficultés.

 

Que pouvons-nous faire ?

Comprendre ce qui s’est passé dans sa famille permet d’avoir un autre regard sur ses blessures, cependant ce n’est pas toujours suffisant. Quels sont les actes que nous pouvons mettre en place pour guérir et réparer les blessures du passé ? Ils peuvent être multiples et se font bien souvent inconsciemment. Ils vont du choix du métier, à l’expression artistique, mais aussi l’aide aux autres,  l’engagement pour une cause ou par toute forme de créativité. Un travail intérieur et un cheminement personnel sont également la voie vers la guérison. Par contre cela ne se résout jamais dans la violence. La violence est l’expression de la blessure non réglée.

 

                                                                         Françoise Binamé  

                                                                                                                          

 

Lire la suite

Rédigé par Françoise Binamé

Publié dans #Traumatismes transgénérationnels, #Psychogénéalogie

Repost0

Publié le 20 Septembre 2019

 

 

Peu de couples vivent en harmonie, même si ils ne le montrent pas. Pourquoi est-ce si difficile d'avoir des relations harmonieuses avec une personne que nous aimons ?

 

Il y a plusieurs raisons, qui permettent non seulement de comprendre ce qui se passe mais aussi d'y remédier.

 

Lorsque nous sommes attirés par une personne, ce n'est pas dû au hasard. Ce sont deux inconscients qui s'attirent car ils ont en commun des problématiques semblables, ou des problématiques qui vont avoir une résonance chez son partenaire.

 

Après la « lune de miel », les situations de la vie vont venir rappeler à notre inconscient les blessures enfuies ou même inconnues.

 

C'est pour cela qu'un couple peut « grandir » grâce ou à cause de ce que l'autre lui renvoi. Ce n'est pas pour autant facile, j'en conviens. Mais cela en vaut souvent la peine, car ce qui n'est pas résolu se retrouvera tôt ou tard dans une autre relation.

 

Quelles sont les situations les plus fréquentes que l'on retrouve dans les difficultés de couple ?

 

Les premières choses à résoudre sont les anciennes relations. Les relations avec les anciens amoureux(se), mais aussi celles que nous avons avec nos parents. Sont-elles harmonieuses, apaisées, y-a-t-il de l'hostilité, de la tristesse, de la colère ? Il arrive que nous ayons « occulté » certaines relations car cela avait été trop douloureux. En mettant à jour cela, la prise de conscience et la libération vont opérer un changement.

 

Beaucoup de problématiques de vie viennent de deuils non-faits, qu'ils soient réels ou symboliques (ex : relation amoureuse).

 

 

Quand nos problématiques sont « réglées », nous regardons ce qui s'est passé chez nos ancêtres, car il y a très souvent un lien. Les amours contrariés, les abandons, les deuils non-faits, les trahisons, les infidélités, sont très souvent à l'origine de troubles relationnels chez les descendants, directs ou indirects. Nous reproduisons « inconsciemment » des situations venant du passé de nos ancêtres et qui n'ont pas été réglées ou apaisées.

 

Losqu'un couple est en crise, chacun peut aller voir dans sa vie et sa famille ce qu'il doit régler. Cela ne sert à rien d'accuser l'autre ou sa famille de tous les maux. Si l'un des deux ne veut pas ou ne peut pas faire le travail, le fait que l'un des deux bouge va obligatoirement faire bouger la relation dans un sens ou dans l'autre. Celui qui ne veut pas s'investir devra bien l'admettre et prendre le risque que l'autre parte quand il aura réglé sa problématique, car la relation n'aura peut-être plus de raison d'être.

 

Régler les problèmes relationnels va au-delà de la compréhension mentale et comportementale.

 

                                                                   Françoise Binamé.

 

 

 

 

Lire la suite

Rédigé par Françoise Binamé

Publié dans #Couple, #Constellations Familiales, #Dépendance affective, #Psychogénéalogie

Repost0

Publié le 21 Mai 2019

 

 

Anne Ancelin et bien d'autres ont mis en évidence la relation qu'il y a entre notre vie et celle de nos ancêtres.

Notre vie est guidée par notre inconscient. Nos choix conscients ne sont que de 10%. Ce que nous choisissons est guidé par ce que nous portons de nos ancêtres et même de nos vies antérieures (pour ceux qui y croient). C'est seulement quand nous sommes conscients que nous reproduisons un schéma familial que nous pouvons nous en libérer. 

Comment savoir si cela vient du transgénérationnel ?

Dès que nous répétons les mêmes schémas dans notre vie ou des schémas similaires, il y a reproduction du transgénérationnel. Si il n'y a pas de liens avec votre propre vie, ou si dans votre famille ce sont toujours les mêmes problématiques qui reviennent, il faut penser au transgénérationnel.

 

Voici quelques exemples :

-Certaines femmes tombent toujours sur le même genre d'homme, ceux qui la trompent, qui ne veulent pas s'engager, qui ne prennent pas leurs responsabilités, qui sont violents, qui ne veulent pas d'enfant ou vous n'arrivez pas à avoir une relation à long terme. C'est pareil pour les hommes.

-Vous n'arrivez pas à avoir d'enfant.

-Vous n'êtes pas respectées par les hommes : problématiques sexuelles, abus de pouvoir.

-Vous vivez beaucoup de deuils et n'arrivez pas à vous en sortir.

-Vous avez des problèmes d'argent, de travail.

-Vous n'arrivez pas à trouver votre place.

-Vous êtes en conflit avec votre famille, vos enfants, beaux-enfants.

-Vous n'arrivez pas à être bien dans votre vie.

-Vous avez un problème de santé même grave ou une pathologie familiale.

-Les enfants ont des difficultés : scolaires, relationnelles, cauchemars.

-Vous n'arrivez pas à sortir de la culpabilité.

-Vous ressentez que quelque chose n'est pas exprimé dans votre famille.

 

La plupart des problématiques de vie viennent d'un passé non résolu chez nos ancêtres liées à des deuils non-faits, à la sexualité, aux problèmes d'argent (pertes, héritages, injustice, travail …), à la santé, à la guerre, aux violences (physiques, psychiques, sexuelles). Parfois il existe des cas plus graves : meurtres, vols mais ce n'est heureusement pas la majorité. Donc nous sommes tous touchés.

Aujourd'hui les mentalités changent et de plus en plus de personnes en prennent conscience. En travaillant sur les problématiques que nous portons, nous libérons également nos enfants et la famille. Dans une famille, chacun porte de manière différente, nous ne sommes pas tous égaux, certains portent plus que d'autres.

Comment se fait le travail ?

A partir de son arbre généalogique, que l'on retranscrit sous forme de génosociogramme, nous allons regarder ce qui n'a pu être dit, guérit, pacifié. Nous regardons la vie de nos parents, grands-parents, les frères et sœurs, les arrière-grands-parents. Les dates de naissance, de décès, de mariage, les prénoms nous donnent des indications. En fonction de l'objectif, je regarde d'où viennent les blessures. La compréhension de ce qui s'est passé est déjà guérisseur, mais pas toujours suffisante, la libération des émotions qui sont liées est importante. J'utilise pour cela soit les Constellations Familiales, un protocole de libération de liens, des actes symboliques ou un rituel que les personnes accomplissent.

Il faut au minimum 2 séances, pour travailler un objectif. Il faut travailler les deux branches (paternelle et maternelle) jusqu'aux arrière-grands-parents. Si vous avez des renseignements qui vont au-delà ce sera encore mieux.

 

Comment faire pour trouver les renseignements ?

Les renseignements peuvent venir de la famille, dans les mairies ou communes, sur internet, il y a des sites comme Geneanet, les Mormons, les archives de l'Etat pour les miliaires ou d'autres sites, parfois par l'intermédiaire de généalogistes (c'est plus rare).

Le peu de renseignements que vous avez peut déjà être utile. Il arrive très souvent qu'en commençant un travail transgénérationnel les renseignements viennent à nous.

Si vous souhaitez faire un travail avec moi, il se fait en individuel, à mon cabinet ou par Skype ou Zoom .

Vous trouverez une vidéo ci-dessous sur le sujet .

 

 

                                                               Françoise Binamé.

 

 

 

 

 

 

Lire la suite

Repost0

Publié le 2 Mai 2019

 

 

Comment résoudre les conflits sans perdant ni gagnant ?

Thomas Gordon a été un pionnier dans la résolution des conflits entre parents et enfants. Sa méthode a été créée il y a plus de 50 ans. Cette méthode s'appuie sur le postulat qu'il ne doit y avoir ni gagnant ni perdant et beaucoup d'autres méthodes de communication s'en sont inspirées.

 

Au départ Gordon l'a créé pour les parents et les éducateurs afin qu'il y ait une meilleure relation entre eux et les enfants. Car très souvent l'éducation s'est basée sur deux alternatives, l'autoritarisme ou le laxisme. Nous savons aujourd'hui qu'il en existe d'autres, la résolution de conflits sans perdants ni gagnants en est une.

 

Mais pourquoi la limiter à la relation parents/enfants ? Elle peut être très efficace dans les relations de couple, dans les familles et au travail.

 

Faire la paix dans les familles est la base de la paix sur terre ! Comment pouvons-nous espérer la paix sur terre si elle n'existe même pas dans les familles ?

 

Et pourtant nous ne sommes pas toujours prêts à dialoguer, pardonner ou chercher des solutions.

 

Pour les personnes qui désirent un changement, voici quelques pistes de résolutions de conflits.

 

Pour faire la paix il faut dialoguer de manière constructive, quand les deux parties se sentent prêtes. Il est parfois nécessaire avant cela de faire un travail pour libérer la colère, la rancoeur ou même la peur de l'autre ou la peur du conflit. Car cela peut être au départ un blocage. 

 

Bien souvent les conflits montrent des conflits transgénérationnels non-résolus. La libération de ses conflits par le biais des "Constellations Familiales" aide très souvent à libérer les conflits de notre vie.

 

Si ces blocages sont enlevés, voici quelques conseils qui ne sont bien sûr pas exclusifs.

 

Les deux personnes doivent être à l'écoute l'une de l'autre sans jugement. Avoir une écoute active, c'est écouter l'autre attentivement en accueillant ce qu'il dit et ce qu'il ressent.

 

Procédure: A= personne qui exprime ce qui ne va pas. B= l'autre .

NB : il ou elle sont généralisés. Ils peuvent être pris au masculin ou au féminin dans la situation de A ou B.

 

 

A. Revenir aux faits. Qu'est-ce qui s'est passé ? Quelle est la source du conflit ? C'est parfois difficile à identifier, car il peut y avoir une accumulation de faits non-réglés.

Commencer par exprimer les faits. L'exprimer en utilisant le « Je ».

J'ai ressenti cela quand ...

Je me suis senti (e)?

Cette situation a eu tel impact sur moi...

La personne exprime ses besoins, ses craintes...

 

B. Celui qui est en face reformule ce que l'autre ressent et exprime, confirmant qu'il a bien entendu son message.

Il exprime également en utilisant le « Je », ce qu'il ressent par rapport à la situation et les faits. Ce qu'il n'a pas pu exprimer. Idem que pour A.

 

A. Reformule ce que l'autre ressent et exprime, confirmant qu'il a bien entendu.

 

A et B proposent des solutions et voient celles qui peuvent être favorables pour les deux parties. Cela peut prendre du temps, il faut parfois plusieurs négociations.

 

 

Autre situation :

 

Il arrive que se soit une des deux parties qui se sente victime de la situation, par exemple, il y a eu trahison, abus de pouvoir, un manque de respect, conflit avec la famille de l'autre( enfants, parents), le manque de responsabilité ou d'implication au niveau du couple ou de l'éducation des enfants etc.

Dans ce cas, la deuxième personne " B", doit également reconnaître les faits et s'excuser pour ce qui s'est passé.

Si la personne est coopérative et qu'elle souhaite que la relation s'améliore, la coopération est nécessaire.

Qu'est-ce que la personne est prête à faire pour « réparer » et améliorer la situation.

Dans le cas contraire, si il n'y a pas de coopération et d'envie de changer, la première partie A, prendra les mesures qui sont justes pour elle. Soit il peut y avoir une séparation en signifiant bien que puisqu'il n'y a pas d'accord possible, pour elle c'est la seule solution, soit elle modifie son comportement et son implication dans la relation. Ce qui ne ferait souvent qu'aggraver la situation.

 

Et le pardon ?

 

Certaines personnes disent qu'il faut « pardonner ». Pour ma part je pense que cela peut aider, à partir du moment où l'autre reconnait les faits. Cependant même si ce n'est pas le cas, cela peut être libérateur pour la « victime ». Pardonner ne veut pas dire : « Je passe l'éponge, on oublie, et je fais comme si rien ne s'était passé ». Car dans ce cas c'est bien souvent impossible à faire. Mais c'est se dire, je ne veux plus mettre de l'énergie dans cette situation, et je m'en détache pour pouvoir passer à autre chose. Sans cela l'esprit est emprisonné dans le ressentiment et la colère et cela a des répercussions pour la personne, sur sa santé et sa vie.

 

Si la méthode Gordon vous intéresse, vous trouverez plus de détails sur la méthode via le lien ci-dessous ou dans le livre de Thomas Gordon : « Parents efficaces ».

 

http://www.ateliergordon.com/les-piliers-de-la-methode-gordon

 

                                                                       Françoise Binamé.

 

Lire la suite

Repost0

Publié le 28 Décembre 2018

Pourquoi certaines personnes réussissent facilement et d'autres pas ? Est-ce une question de chance, de fatalité ? 

Quelles en sont les causes ?

Pensez-vous que vous pouvez réussir votre vie personnelle, professionnelle ou amoureuse ? Et si au fond de vous-même vous pensiez ne pas en être capable, que vous n'y avez pas droit pour une raison quelconque. Peut-être pensez-vous que cela demande trop d'efforts ? 

Il y a certainement un peu de tout cela, mais les raisons sont généralement bien plus inconscientes. 

Les premières raisons sont le manque de confiance en soi et le manque d'estime de soi. Mais d'où viennent ces manques ? 

Beaucoup d'enfants n'ont jamais reçu d'attention, d'encouragement, de considération et ont vécu plus de dévalorisation que l'inverse, que se soit à l'école ou dans leur famille. Comment arriver à avoir confiance en soi, à s'estimer si à la place de compliments ou d'encouragement vous ne recevez que des reproches ou même des injures ? Quand un enfant ne reçoit pas d'attention, qu'il doit être le soutien de ses parents soit au niveau financier ou pour remplir le rôle des parents près de ses frères et sœurs, comment peut-il croire en sa valeur ? Ces enfants deviendront les adultes de demain et viendront s'ajouter à la liste des plus démunis et de ceux qui se trouvent en situation d'échec. Heureusement certains rencontreront sur leur chemin quelqu'un qui viendra les aider à reprendre confiance en eux. Il y a des personnes plus résilientes que d'autres, ce n'est pas toujours les plus gros traumatismes qui bloquent les personnes dans leur vie.

Cependant ce ne sont pas les seules raisons des échecs, car il y a des personnes qui ont été aimées et soutenues qui ne réussissent pas. D'autres causes sont possibles : les traumatismes non dépassés provenant d'un deuil, de violence scolaire, d'abus non révélé, mais aussi une dévalorisation face à un frère ou une sœur ou aux parents. Si ce n'est pas la raison il faut aller voir du côté transgénérationnel. Nous ne sommes pas tous égaux fasse à nos origines. Certains "portent" plus que d'autres pour un ou des ancêtres. Pourquoi une personne plus qu'une autre ? La raison n'est pas connue mais c'est un fait. 

Qu'est-ce qui s'est passé dans la famille. Quels sont les drames ? Y a-t-il eu des exclus, des secrets, des traumatismes qui pourraient en être la cause ? Il y a des familles qui répètent les mêmes échecs sur plusieurs générations, jusqu'au jour où un des membres veut retrouver la cause. La prise de conscience permet de nous différencier de nos ancêtres et de faire d'autres choix, ceux qui nous correspondent en cessant de reproduire inconsciemment.

L'estime de soi et la confiance en soi peuvent être retrouvées en dirigeant nos pensées vers ce qui est positif, ce que nous avons réalisé de bien, même des petites choses. Vivre l'instant présent est un autre moyen d'y arriver. Se mettre des objectifs et savoir ce que l'on veut. Ecouter notre cœur et aller vers ce qui nous apporte la joie, la paix.  Notre première intuition est généralement la bonne, mais encore faut-il l'écouter ! Travailler ses peurs, ses doutes qui sabotent notre intuition. La méditation, les balades dans la nature, le yoga, ou différentes méthodes de relaxation permettent de retrouver le calme intérieur et d'écouter notre petite voix intérieure. Les réponses sont en nous pas à l'extérieur. 

Chacun trouvera son chemin, seul ou en se faisant aider. 

 

                                                                          Françoise Binamé

 

 

 

 

Lire la suite

Rédigé par Françoise Binamé

Publié dans #Comment sortir de l'échec?, #Psychogénéalogie, #Constellations Familiales

Repost0