Publié le 27 Mars 2021

 

Le Burnout est un épuisement physique et psychique qui touche de plus en plus de personnes.

Tous les secteurs professionnels sont concernés,  il y a de plus en plus de pression et de conditions difficiles au travail. Les personnes les plus touchées sont souvent celles qui s’investissent beaucoup dans leur travail ou dans leur famille. On retrouve les personnes qui sont dans l’aide aux autres et en surcharge de travail tant au niveau familial que professionnel. Ce sont aussi des passionnés de leur travail, très idéalistes et subissant parfois un manque de reconnaissance et de respect. Le contexte professionnel est souvent en cause mais c'est parfois la personne elle-même qui se met trop de pression et travaille trop.

Le Burnout n'est pas uniquement professionnel, les parents ayant de jeunes enfants ou des adolescents peuvent aussi être concernés.

Comment en arrive-t-on à l'épuisement ?

La  personne ne se rend pas toujours compte de l'état dans lequel elle se trouve, ou elle ne trouve pas de solutions. Elle peut également être dans le déni d'une situation et refuser toute aide extérieure, se disant que cela va s'arranger, qu'elle peut gérer la situation. Voir la réalité impliquerait de devoir changer son mode vie et cela lui parait impossible.

L'épuisement n'arrive pas du jour au lendemain, et ne pas prendre en considération tous les symptômes conduit  à un épuisement total. Souvent c'est un événement anodin qui va être la goutte d’eau qui conduira à ne plus gérer la situation. 

Il y a pourtant beaucoup des signes avant coureur qui peuvent alerter. Une fatigue importante, des insomnies, des problèmes alimentaires accompagnés d'un amaigrissement, une intolérance au stress, une perte de joie de vivre et/ou de libido, des problèmes de concentration et de mémoire. Les relations sont difficiles avec l'entourage, la personne s'énerve et pleure facilement. Les problèmes de santé s'accumulent car le système immunitaire est plus faible. La personne ne sait plus qui elle est, ne sait plus quel est le sens de sa vie.

Lorsque l'on ne réagit pas à temps, cela peut conduire au suicide, à une rupture d’anévrisme, une crise cardiaque ou une maladie grave. Si des changements importants ne sont pas opérés dans la vie, il y a un risque de rechute. Il faut aussi s’autoriser à en parler autour de soi, avec l’entourage familial et/ou professionnel.

Lorsque l’on se reconnait dans cet état, demander de l’aide n’est certainement pas une faiblesse, mais elle est indispensable avant une issue qui pourrait être fatale. La personne en Burnout n'est pas une personne faible, mais une personne ne pouvant pas se mettre suffisamment de limites.

Une prise en charge par un thérapeute va permettre de retrouver l’estime et la confiance en soi. Prendre du temps pour soi et se ressourcer sont indispensables. Très souvent la personne prend une autre orientation ou modifie ses habitudes de vie. C'est seulement après avoir vécu cette épreuve qu' elle pourra se dire que cela a été une chance dans sa vie, que c’est grâce à cette épreuve qu’elle a pu se retrouver et savoir qui elle était. Cela demande de la patience et du temps pour se reconstruire mais cela en vaut la peine.

Lors d'un Burnout, plusieurs domaines sont à prendre en considération :  les domaines : psycho-émotionnel, neuro-physiologique, énergétique, l'alimentation, le rythme de vie et relationnel.

Dans le Burnout les surrénales sont épuisées et le foie souvent en surcharge.

Les énergies circulent mal et un énergéticien, un acupuncteur ou des séances d'Access Bar vont aider à retrouver un équilibre. Différents organes sont en général en vide d'énergie : le foie, les reins, la rate, le vaisseau conception.

Le côté psycho-émotionnel doit également être revu. Les personnes en Burnout sont généralement des personnes perfectionnistes et ont du mal à dire non. Comprendre d'où vient ce caractère peut aider à changer sa façon d'être. Cela peut venir d'un besoin de reconnaissance, d'un schéma familial répétitif ou le fait de ne pas s'écouter. Le corps oblige la personne à s'arrêter, à se recentrer sur ses propres besoins et à revoir sa vie et son mode de fonctionnement. Il semblerait que les personnes en Burnout soient plus sensibles à l'injustice. Injustice qu'elles s'infligent parfois à elle-même aussi.

Il est nécessaire de revoir son rythme de vie, c'est aussi apprendre à déléguer. Si vous êtes surchargé, cela semble évident, mais les personnes en Burnout ont peut-être difficile à le faire.

Prendre des moments de repos en faisant des activités calmes, avoir des moments pour soi en restant seul. Les activités comme le yoga, la méditation, la marche, un sport calme, la relaxation, les massages , la sophrologie aident également à se détendre.

Les relations sont souvent source d'épuisement, qu'elles soient professionnelles ou personnelles, d'où la nécessité de revoir la façon de les gérer. Revoir sa vie est souvent nécessaire même si cela doit passer par de gros changements, il en va de sa santé physique et psychique.

                                                                                      Françoise Binamé.

Lire la suite

Rédigé par Françoise Binamé

Publié dans #Burnout

Repost0

Publié le 15 Mars 2021

Nous avons tous une multitude de croyances héritées de notre famille, de l’éducation, de la religion, de la culture où nous avons grandi.

Toutes ces croyances sont très souvent un obstacle à notre bien-être, voir à notre guérison. Les croyances et les peurs sont les plus grands freins que nous mettons en place pour ne pas être bien dans notre vie.

Pour sortir de toutes nos croyances, nous pouvons réfléchir à celles que nous avons entendues autour de nous depuis notre enfance. Par exemple sur la maladie, le chômage, le travail, l’argent, le couple, les hommes, les femmes, les enfants, la politique, la religion etc.

En faisant abstraction de toutes ces croyances, qu’est-ce que nous voulons vraiment dans notre vie ? Est-ce que nous y croyons ? Est-ce impossible ? Qu’est-ce qui nous motive dans notre vie ?

Sortir de nos croyances, nous met sur le chemin de la liberté. La liberté d’être nous-mêmes. Retrouver notre moi profond. Cela demande aussi le courage d’être soi, en prenant le temps nécessaire pour y arriver. Quand nous prenons ce chemin, nous retrouvons la joie de vivre, la paix intérieure et le sentiment ultime d’être vraiment nous-mêmes. En rayonnant cela autour de nous, nous aidons les autres à être mieux. Nous savons que les énergies d’une personne rayonnent autour d’elle dans un rayon très large, qu’elles soient positives ou négatives. Quand nous sommes entourés de personnes positives ou négatives, nous le ressentons.

La plupart de nos croyances sont inconscientes, car elles viennent de notre éducation et de l'environnement dans lequel nous avons vécu. Pour savoir si il s'agit d'une croyance il suffit de vous demander : est-ce que je crois à ceci ou cela ou est-ce qu'au fond de moi je ressens que c'est juste. Si vous dites je crois en ceci, cela, c'est une croyance. Et très souvent elles nous bloquent et nous empêchent d'avancer dans la vie. Mais faire changer les croyances est un combat difficile, seule les vôtres peuvent être changées.

Si vous souhaitez aller plus loin, Bruce Lipton, biologiste américain très connu a passé une grande partie de sa vie à rechercher et expérimenter l'influence des croyances sur notre vie. 

 

                                                                                 Françoise Binamé

Lire la suite

Rédigé par Françoise Binamé

Publié dans #Les croyances

Repost0

Publié le 7 Mars 2021

 

Depuis notre naissance, nous nous attachons aux personnes, aux lieux, aux objets, aux plaisirs, aux situations, aux périodes agréables de notre existence, mais aussi à nos croyances, nos jugements et nos valeurs.

 

Contrairement au détachement, l'attachement fait souffrir. Il fait souffrir quand nous nous accrochons à ce que nous aimons ou à ce que nous ne voulons pas perdre. Nous apprenons à nous détacher tout au long de notre vie. Il existe pourtant des situations, des relations dont nous avons du mal à nous détacher. On retrouve cela dans toutes les sortes de deuils.

 

Se détacher, ce n'est pas ne plus aimer, ni tout accepter, ni encore ne pas agir. Ce n'est pas non plu de l'indifférence.

 

Le détachement  c'est ?

 

Prendre du recul, de la hauteur face aux événements. Accepter que l'on ne peut pas tout contrôler, que ce soit les événements, les personnes ou les situations. C'est vivre le moment présent en appréciant les petits moments qui nous rendent heureux. C'est être flexible, changer ses habitudes, sa façon de voir la vie. Sortir de ses peurs, celles de la peur de perdre ce que nous avons, la peur de ne pas y arriver et aussi celle de la mort. Nous pouvons être touché par une situation sans nous impliquer émotionnellement, même si ce n'est pas toujours facile. C'est aussi faire confiance en la vie et lâcher prise.

 

Comment arrive-t-on au détachement ?

 

C'est une question d'être qui peut prendre du temps pour certains. Chacun trouvera sa façon de faire. Voici quelques moyens pour y arriver, ceux qui m'ont aidés.

Pour prendre de la distance, il est nécessaire de trouver des moments de calme, de silence pour s'intérioriser et écouter notre petite voix. Sortir des débats, informations, situations toxiques. Regarder en soi, c'est comprendre et dépasser ce qui nous fait souffrir : notre colère, notre tristesse, nos ressentiments, nos peurs. Quand nous apaisons ces émotions, ces sentiments, nous arrivons à plus de paix et de calme intérieur et l'extérieur a beaucoup moins d'emprise sur nous. Nous avons la chance aujourd'hui d'être entourés de méthodes, de techniques et de moyens pour nous aider, et plus nous allons vers le détachement, plus nous sommes libres. La méditation, l'EFT, la kinésiologie, la relaxation, la sophrologie , le yoga et toutes les méthodes énergétiques sont des moyens pour y arriver.

 

 

L'incertitude est notre quotidien et notre réalité, nous pouvons juste cohabiter le mieux possible avec elle.

 

 

                                                                           

Françoise Binamé.

 

Lire la suite

Rédigé par Françoise Binamé

Repost0