conseils sante et bien-etre

Publié le 12 Janvier 2021

 

 

Le trouble du stress post-traumatique ou TSPT se développe suite à une situation ou un vécu traumatisant. 

Il découle de toute expérience difficile. Les cas les plus sévères résultent de tragédies, maltraitances, enlèvement, crime, violence physique ou psychique, viol...Mais il peut également s'agir d'autres événements : divorce, décès, toutes les pertes, harcèlement, échecs, difficultés relationnelles dans la famille ou au travail, maladie ( de soi ou d'un proche), déménagement mal vécu, licenciement, séparation, accident, maltraitance au pensionnat ou à l'école, fausse-couche, avortement, accouchement difficile (pour la mère et l'enfant), exil, etc. Ces traumatismes peuvent venir d'un seul fait, mais aussi d'une accumulation de stress.

 

 

Il peut être la conséquence de traumatismes à répétition qui perdurent dans le temps, par exemple dans le cas de maltraitance dans l'enfance, quelle soit physique, psychique, sexuelle ou relationnelle ou les métiers à risque et traumatisants : urgentiste, militaire, pompier, journaliste.

 

 

Beaucoup de personnes sont touchées par ce trouble. Chaque personne peut vivre un jour ou l'autre un trouble de stress post-traumatique.

 

Les conséquences peuvent être visibles ou cachées.

 

Les conséquences visibles sont :  l'hyper-vigilance, l'évitement de lieu, de personnes, d'activité qui rappellent l'événement. Les cauchemars, les peurs, l'anxiété.

Toutes les émotions ressenties durant cette expérience vont avoir des répercussions à long terme sur la personne. Nous croyons les oublier, mais elles perdurent dans notre inconscient. Ces émotions bloquées vont engendrer des réactions émotionnelles (insécurité, abus de confiance, peurs, culpabilité, honte...)quand elles sont réactivées, mais aussi des pathologies, des addictions, des comportements à risques et peuvent engendrer la dégringolade dans la vie de la personne. Certaines maladies sont dues à des traumatismes non réglés et parfois occultés.

 

 

Il n'est pas rare de développer ces troubles sans avoir vécu réellement un traumatisme. Il s'agit alors d'un comportement pris d'un ou de plusieurs ancêtres. La Psychogénéalogie et les Constellations Familiales seront utilisées pour retrouver la ou les causes. Ce sont souvent des traumatismes transgénérationnels qui n'ont pu être réglés et les descendants les portent inconsciemment.

L'un n'empêchant pas l'autre, car il y a presque toujours une répétition familiale.

 

Comment savoir si le traumatisme que l'on a vécu perdure ?

 

Si vous y pensez encore, si vous avez des angoisses, des peurs, de la colère, de la tristesse, de l'agressivité non expliquée, des tocs, de la fatigue chronique, des troubles du sommeil. Si votre vie va mal et tout s'écroule autour de vous. Si vous avez des problèmes de santé, d'addiction, d'hyperactivité etc. Lorsque les traumatismes sont enfuis dans l'inconscient, on développe des comportements d'évitement sans raison apparente, on a des fringales de sucre, des addictions, on peut être hypersensible, irritable, fragile, susceptible.

 

Comment en sortir ?

 

Il est possible de retrouver une vie normale. Cela demande parfois un long travail. Le travail va se faire un réglant les symptômes au fur et à mesure. La Kinésiologie, le Stress Release, l'EFT, sont des méthodes efficaces pour travailler les peurs, l'anxiété, puis tous les autres troubles. Quand les émotions sont bloquées dans l'inconscient, il faut aller voir la cause. Elles sont recherchées en Kinésiologie dans la vie de la personne ou dans le transgénérationnel. Les TST importants doivent être traités avec la méthode Oge ou l'EMDR.

 

                                                                            Françoise Binamé.

Lire la suite

Rédigé par Françoise Binamé

Publié dans #Angoisses, phobies, peurs, #Conseils santé et bien-être

Repost0

Publié le 19 Septembre 2020

Une grande partie de la population souffre de problèmes psychiques divers plus ou moins importants. Nous faisons partie des pays qui consomment le plus d'anti -dépresseurs, mais aussi, où la qualité de vie est la plus élevée. C'est assez paradoxal non ?

La santé mentale est souvent mal comprise et mal acceptée, car la croyance populaire pense qu’il s’agit de faiblesse de la personne. 

Certaines personnes sont en dépression sans s’en rendre compte. Les raisons sont diverses : le climat politique et économique, l’ambiance au travail, le surmenage, les difficultés dans la famille ou réactionnelle après un deuil ou un traumatisme.

Les troubles comportementaux cachent généralement un problème plus profond: la boulimie, l'anorexie, les dépendances, les problèmes de poids, les intolérances, l'insomnie, le burnout, l'anxiété, les troubles du comportement, la procrastination et les névroses.

Le stress chronique est souvent à l'origine de modification de la paroi intestinale qui engendre la perméabilité intestinale et un mauvais microbiote. Ce qui entraîne des répercussions sur la santé mentale de la personne.

Il existe des solutions naturelles qui peuvent vraiment vous aider si la situation n'est pas trop grave, sinon voyez votre médecin.

Parfois le fait de changer d'alimentation amène des améliorations. Mais les événements du passé non réglés demandent de faire un travail intérieur. Aujourd'hui il y a un grand nombre de thérapies qui peuvent aider, à vous de voir ce qui vous convient. Pour ma part, j'utilise la Kinésiologie et les Constellations Familiales qui donnent de très bons résultats. Vous pouvez libérer des émotions enfouies avec l'EFT, le Stress Release ou TAP (voir des articles sur le stress) qui sont des techniques simples et très efficaces.

La méditation régulière, la relaxation, les massages, les techniques énergétiques, le yoga, le taï chi, le qi-gong apprennent à vivre dans le présent, à équilibrer nos énergies et nous sentir mieux.

Un travail intérieur pour mieux se connaître mais aussi pour libérer des mémoires émotionnelles fait partie maintenant d'un art de vivre et n'est plus considéré comme quelque chose de réservé aux maladies mentales graves. les cas graves comme la psychose doivent bien sûr être traitées par un médecin spécialisé.

Le travail intérieur demande du temps et de la persévérance, ce n'est pas une ou deux séances qui vont régler toute une vie. Cela conduit vers une autre vision de la vie et de soi.

Améliorer sa vie a des répercussions sur notre entourage proche mais aussi plus lointain car nous avons tous un impact sur notre environnement.

                                                                         Françoise Binamé.

 

 

Lire la suite

Rédigé par Françoise Binamé

Publié dans #Dépression et problèmes psychiques, #Conseils santé et bien-être

Repost0